Logo bitcoin

Même si vous découvrez les crypto-monnaies, vous avez surement déjà entendu parler du Bitcoin peut-être en avez-vous-même déjà acheté, mais où êtes-vous déjà réellement posé la question sur ce qu’est le bitcoin ?

 

Qu’est-ce que le Bitcoin ?

Le Bitcoin a été créé par un individu ou groupe d’individus sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto en 2009 mais ne vous méprenez pas : Bitcoin n’est pas la première monnaie virtuelle jamais créé. En effet, ce titre revient à l’entreprise DigiCash fondée en 1989 par David Chaum qui a tenté de diffuser auprès du grand public sa solution de paiement numérique basée sur la cryptographie. Celle-ci se solda par un échec et l’entreprise fit faillite en 1998.

Bitcoin est cependant la première monnaie décentralisée. Décentralisée signifie que celle-ci n’est dirigé par aucun organe central à l’opposé d’un pays qui est dirigé par son gouvernement ou de l’euro qui dépend fortement de la BCE (banque centrale européenne).  

Bitcoin est en fait un protocole de paiement peer to peer (pair à pair) qui permet à ses utilisateurs d’émettre et de recevoir de l’argent de façon automatique et autorégulé. L’absence d’organe central évite l’intervention de tiers lors des transactions mais c’est aussi valable pour la régulation de la monnaie en elle-même.

Le code source prévoyait dès le départ une génération progressive mais décroissante de Bitcoin jusqu’à atteindre 21 000 000 d’unités. Ce chiffre est le nombre de Bitcoins maximum que le protocole peut engendrer de sa création jusqu’à la fin de celui-ci. Au moment de la rédaction de ces lignes, seul 18 600 000 bitcoins ont été générés mais le nombre de Bitcoins réellement en circulation est bien moindre !

En effet, si on considère les 80 000 bitcoins volés lors du piratage de MtGox en 2011 et les 120 000 lors de celui de Bitfinex ainsi que les presque 1,6 millions de Bitcoins inactifs depuis 7 à 10 ans d’après le site de statistiques glassnode. On arrive à un peu moins de 2 millions de bitcoins qui sont sans doute perdus à jamais. Ce ne sera donc jamais véritablement 21 millions de Bitcoins qui seront en circulation.  

 

Comment les bitcoins sont-ils créés ?

Plus haut dans cet article, on a mentionné que le réseau Bitcoin suit un système de type pair à pair. C’est-à-dire que chaque ordinateur connecté au réseau communique librement avec les autres et jouent à la fois le rôle de client et de serveur.

Pour en venir au système de génération de bitcoins il est nécessaire d’aborder une notion : le Proof of Work (PoW)

Traduit en français par preuve de travail. Il s’agit d’une méthode de validation des blocs ajoutés sur une blockchain en fournissant une importante puissance de calcul qui doit résoudre un problème mathématique complexe permettant de sécuriser les transactions sur le réseau.

Ces utilisateurs sont appelés mineurs et sont le cœur même qui permettent le fonctionnement de la blockchain. En échange de leur contribution, les mineurs sont récompensés par le protocole lorsqu’ils valident un nouveau bloc. La récompense est de 6,25 Bitcoins par bloc pour un bloc généré toutes les 10 minutes environ.

Inflation et prise de valeur

Pourquoi le prix ne chute pas en valeur s’il est généré en permanence ?

Comme mentionné plus haut, le nombre de bitcoins générés à chaque nouveau bloc décroît. Il décroît environ tous les 4 ans, tous les 210 000 nouveaux blocs pour être exact. Ce phénomène s’appelle le « halving ».

Voici les dates des différents halving et les récompenses sur chaque période :

  • Création (2009) – 28 novembre 2019 à 50 bitcoins
  • 25 novembre 2012 – 9 juillet 2016 à 25 bitcoins
  • 25 novembre 2016 – 11 mai 2020 à5 bitcoins
  • 11 mai 2020 –  ~ 2024 à 6,25 bitcoins

On estime à 2140, la date à laquelle sera généré le dernier Bitcoin. Autrement dit le Bitcoin n’est pas près de disparaitre et le protocole est parti pour durer !

Comme le nombre de bitcoins en circulation diminue, si la demande augmente ou ne serait-ce que se maintien, le prix va naturellement augmenter au bout d’un certain laps de temps. Naturellement cette croissance n’est pas stable car la confiance des investisseurs dans le bitcoin fluctue avec le temps mais cette mécanique d’inflation est fait de telle sorte à un impact positif sur le prix du bitcoin à long-terme.

En ce sens, on peut comparer le Bitcoin à l’or : dans l’état actuel de la physique, il est pratiquement impossible de créer de l’or en laboratoire. Il existe donc une quantité d’or qui est déjà présente sur terre et qui n’augmentera jamais de même que pour le nombre de 21 millions de bitcoins par le code source.

Tout ce schéma repose sur principe naturel : plus quelque chose est rare, plus celle-ci est cher.

 

Comment stocker ses Bitcoins ?

Pour stocker ses bitcoins, on distingue généralement deux méthodes :

Les « virtual wallets »

Ce sont des portefeuilles virtuels en ligne qui, comme peut le faire un compte en banque avec des euros, permet de stocker, envoyer et recevoir des crypto-monnaies. Il existe différent type de wallets en ligne. Certains comme Opera sont inclus dans votre navigateur web, d’autre sont des extensions ou plugins de navigateur comme Metamask. Et enfin, d’autre se trouvent sur des plateformes de trading en ligne comme Binance ou Kraken.

Les « hardware wallets »

Ceux qui sont frileux des plateformes en lignes peuvent opter pour des « hardware wallets » ou portefeuilles physiques. En effet, il est possible de stocker ses bitcoins et autres crypto-monnaies sur du matériel électronique tel que des disques durs ou clés USB. On parle souvent de clé « Ledger », c’est tout simplement le nom d’un des plus gros fabricants de portefeuilles physiques. Le principal avantage de cette méthode est qu’elle permet de se prémunir contre les risques de piratages auxquels sont sujets les plateformes et systèmes en ligne.

Attention toutefois, si vous optez pour cette solution pour stocker vos crypto-monnaies : lors de la configuration de votre clé Ledger, il vous sera demandé une phrase de 24 mots que vous devez absolument noter quelque part sous peine de ne plus pouvoir accéder au contenu de votre portefeuille.

Des millions d’euros en bitcoins se trouvent aujourd’hui sur des wallets dont le mot de passe a été égaré par le propriétaire.

Si vous pensez être maudit, pensez à cet homme. 😉

 

Transparence

Un des points clés du Bitcoin et une des raisons pour lesquelles les bitcoins volés dans les piratages mentionnés plus haut ont peut de chance de revoir le jour est sa transparence. En effet, toutes les transactions ainsi que les adresses et les montants des portefeuilles sont d’ordre publique.

C’est un système transparent et il est très simple de relier une transaction à deux portefeuilles. Cependant, cela ne permet pas pour autant de relier une adresse à un individu.

 

Forks

Si vous n’êtes pas familier avec le concept de « fork », sachez qu’un fork est une division se produisant au sein d’une blockchain donnant lieu à deux blockchains distinctes pouvant évoluer indépendamment l’une de l’autre. Un des forks les plus marqués du Bitcoin est celui d’août 2017 qui a donné naissance au Bitcoin cash. On peut également mentionner le Bitcoin gold, le Bitcoin diamond ou le Lightning Bitcoin comme forks majeurs.

Il existe des dizaines de forks du bitcoins et les aborder tous en détail au sein d’un article serait impossible, néanmoins si vous souhaitez vous renseigner sur chacun d’eux, vous pouvez cliquer ici

Un fork se produit généralement quand une mise à jour ou modification du code source ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté. Les mineurs peuvent alors décider de continuer à miner l’une ou l’autre version du protocole.

Un peu d’histoire

Pour vous illustrer un peu son évolution, voici quelques-unes des grandes dates du Bitcoin :

  • 3 Janvier 2009: création du premier bloc
  • 12 Janvier 2009: première transaction en bitcoin
  • Octobre 2009: première vente de bitcoins contre des dollars
  • Avril 2010: première expérimentation de minage effectuée avec succès
  • Mai 2010: premier achat en bitcoin. Il s’agit de deux pizzas pour 10 000 bitcoins. Au cours actuel (rédaction de l’article),
    cela ne représente pas moins de 350 millions de dollars.
  • Septembre 2012: création de la fondation Bitcoin
  • 28 Novembre 2012: premier halving
  • Avril 2013: record historique du cours qui atteint 287 euros. Il s’effondra quelques jours après.
  • Novembre 2013 : le cours franchit le cap fatidique des 1 000 dollars.
  • Février 2014 : fermeture de MtGox la première plateforme d’échange de bitcoins
  • Mai 2015 : la bourse de New york intègre le cours du bitcoin sous l’indice NYXBT
  • 9 juillet 2016 : deuxième halving
  • 1er  Janvier 2017 : le cours qui avait fortement chuté entre temps revient taper les 1 000 dollars
  • Août 2017 : fork et création du bitcoin cash
  • Octobre 2017 : le cours franchit pour la première fois les 5 000 dollars
  • Novembre 2017 : le cours franchit pour la première fois les 10 000 dollars
  • Décembre 2017 : Le cours franchit pour la première fois les 15 000 dollars
  • Février 2018 : Le cours est retombé à 5 000 euros
  • 13 mars 2020 : krach à la suite de la pandémie du Covid 19. Le cours chute jusqu’au 3790 euros.
  • 11 mai 2020 : troisième halving
  • Janvier 2021 : record historique, le bitcoin atteint les 40 000 dollars.

 

Pour aller plus loin

 

Matt
Matt

Fondateur de Bourse-investir et trader à mes heures perdues, j’ai créé ce site dans le but de partager mon expérience et ma passion pour l’univers de la bourse et du trading. J’ai toujours à cœur d’apprendre pour m’améliorer et j’adore passer des heures à me documenter sur les avancées de la blockchain ou de l’actualité boursière.